Rechercher
  • mazartproduction

Françoise Petrovitch, le chant du papier


Françoise Pétrovitch, mars 2021 @RomainArazm

C’est en explorant les frontières entre les disciplines artistiques que Françoise Petrovitch a découvert leur extrême porosité. De part et d’autre, librement, l’artiste s’en réjouit et s’empresse de faire migrer ses motifs de la sculpture au dessin, de la céramique à la peinture. Le fruit de cette longue recherche est une œuvre polymorphe que l’artiste façonne avec finesse depuis plus d’une vingtaine d’années.






Dans l’intimité de son atelier, accompagnée seulement par la lumière d’un matin de printemps, elle revient sur quelques-unes de ses séries emblématiques, comme les Fumeurs. Ces adolescents dont le visage semblent disparaître derrière les volutes blanches de la fumée posent aux regardeurs la question, souvent épineuse, de l’émergence d’une identité singulière au sein d’un groupe.


Françoise Pétrovitch, Série "les fumeurs"

Inspiré par les contes et les légendes et par l’iconographie que ces récits ont pu créer dans notre imaginaire, le bestiaire de l’artiste traduit le regard bienveillant qu’elle porte sur ce peuple du silence.


Françoise Pétrovitch

Pour finir, Françoise Pétrovitch revient sur l’influence du travail d’Henri Matisse qui, notamment grâce à ses papiers découpés, s’est approché très près d’un absolu, tant formel que chromatique.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout