CONFÉRENCES / DÉBATS / TABLES RONDES

Conférences, cycles, tables rondes et débats, MAZART production vous accompagne pour mettre en place la programmation de vos lieux ou de vos expositions

CONFERENCE / 

L’ARTISTE ET LE SCIENTIFIQUE: UNE CORRESPONDANCE CRÉATRICE…

Etienne Klein et Romain Arazm

Conférence organisée en 2017 dans le cadre du Cycle Démarche à Paris.


Chacun à leur manière, le scientifique et l’artiste sont « créateur de monde ». Ils renouvellent les visions que l’on peut en avoir, et refaçonnent l’idée que l’on peut s’en faire. L’un comme l’autre, avance à taton en s’inscrivant dans les traces de leurs prédécesseurs pour s’en dissocier, parfois seulement en infléchissant la trajectoire, parfois en créant de véritable révolution scientifique ou esthétique.
Ainsi, grâce à la présence de l’astrophysicien et philosophe des sciences, Etienne Klein, il sera question des rapports, directs ou indirects, que les artistes et leurs oeuvres peuvent entretenir avec quelques grandes découvertes scientifiques, en particulier astronomique, de la Renaissance à nos jours.

CONFERENCE / 


« QUE MA VIE SOIT BELLE » : COHÉRENCE ET AUTONOMIE

Frédérika van Ingen et Romain Arazm

Conférence organisée en 2017 dans le cadre du Cycle Démarche à Paris.

En Occident, le désir d'un renouvellement (écologique, spirituel, idéologique...) de nos être au monde ne s'est, sans doute, jamais autant fait sentir. Au côté de Frederika van Ingen (auteure de Sagesse d'ailleurs pour vivre aujourd'hui (éd. Les Arènes, 2016) nous effectuerons une plongée au cœur des cultures des peuples ancestraux (MaasaÏ, Tsaatans, Apaches, Pueblos...). L'enjeu sera de développer les ponts et les passerelles nous permettant de réinventer une relation sereine et apaisée avec le monde, la nature et l'être. En osmose avec les valeurs défendues par le Collectif, cette conférence nous invitera à réfléchir ensemble aux moyens concrets de retrouver une cohérence...

CONFERENCE / 


ARTISTE-ALPINISTE: DEUX DÉMARCHE, UN MÊME ABSOLU ?

Michel Malherbe et Romain Arazm

Conférence organisée en 2017 dans le cadre du Cycle Démarche à Paris.


Même si leurs démarches semblent différentes (vraiment?), existe-t-il des points communs, des lieux de rencontres entre l'artiste dans son atelier et l'alpiniste sur un glacier? Partagent-ils un même être au monde? Leur pratique, d'ailleurs souvent obsessionnelles, ne puisent-elles pas dans un même désir d’une certaine forme de transcendance, d’une osmose, d’une union quasi magique ? C'est avec le philosophe et alpiniste Michel Malherbe, auteur entre autre d’un ouvrage philosophique sur l’alpinisme (D’un pas de philosophe, éd. VRIN, 2012) que nous explorons un à un ces lieux de rencontre entre les deux pratiques.

Valérie-Chansigaud.jpg

TABLE RONDE / 

ETHIQUE ET NATURE: VERS UN NOUVEAU MODE DE VIE? 

Avec Valerie Chansigaud (CNRS), Tarik Chekchak (Fondation Cousteau) et Romain Arazm (modérateur)

Conférence organisée en 2018 dans le cadre du Cycle Démarche à l'Espace des Blancs Manteaux à Paris.

Ê teknnê mimeitai tên phusin. Les Classiques, Aristote en tête, sont formels : l’art imite la nature. Ainsi, après avoir inauguré la deuxième saison du cycle DEMARCHES en explorant les différentes fonctions éthiques de l’art, il est temps de sortir de l’atelier et de se rendre en pleine Nature. L’enjeu affiché est d’approcher la complexité et l’ambiguïté de l’évolution des rapports que l’espèce humaine peut entretenir avec son milieu naturel, de l’homo faber à l’homo technologicus Toujours à la confluence de l’esthétique, de l’éthique et des modes de vie, le cycle DEMARCHES a le plaisir de convier deux personnalités, Valérie CHANSIGAUD et Tarik CHEKCHAK dont le travail – tant pratique que théorique – permet de rentrer au cœur des questionnements écologiques et environnementaux. Transdisciplinaires par essence, nos échanges porteront sur la nécessaire resynchronisation de nos modes de vie avec le vivant en évoquant plus précisément la notion de Biomimétisme, introduite dès les années 1960.

TABLE RONDE / 

L'ART:  PRATIQUES ESTHÉTIQUES POUR IMPACTS ÉTHIQUES ?

Avec Teddy Tibi (Art Absolument), Vincent Mauger (artiste plasticien), Romain Arazm (modérateur)

Conférence organisée en 2018 dans le cadre du Cycle Démarche à l'Espace des Blancs Manteaux à Paris.


Parce que l’artiste peut être l’initiateur d’un changement de paradigme pour la société et qu’il est lui-même soumis à la nécessité de l’action de prescripteurs, nous sommes en présence d’une configuration complémentaire et interdépendante. L’artiste accompagné dans sa démarche entraînera le spectateur dans son imaginaire. Un réseau d'intelligence se met alors en place.
Grâce à nos invités, nous tenterons de déterminer la nature de la dimension éthique de l'Art. 


Contemporain, les rôles que l’artiste et ses prescripteurs peuvent jouer sur l’avènement de la société de demain, sur l’impact des oeuvres et des démarches artistiques sur nos vies.
Nous nous intéresserons aux conséquences éthiques dont certaines oeuvres peuvent être la cause. Prescrire une oeuvre ou un artiste c’est s’engager pour le Beau mais également créer un discours éthique pour inspirer le futur.

CONFERENCE / 

LE "BAUHAUS": L'UTOPIE RÉALISÉE ? 

Avec Romain Arazm (critique, historien de l'art)

Point névralgique d'une tentative de réforme fondamentale de la société par l'art, ce courant, impulsé par Walter Gropius qui en prend la tête à partir de 1919, se situe à l'exacte confluence des trois notions autour desquelles le Cycle gravite. En focalisant notre attention sur certaines œuvres emblématiques, sur les enseignements et sur les ambitions de cette école, il s'agira d'expliciter les démarches des créateurs d'aujourd'hui en étant attentif aux échos, aux continuités et aux influences…
L'unité de tous les arts sous la tutelle de l'architecture, la valorisation de la relation proprement médiévale du maître et de l’apprenti ainsi que l’atténuation de la rigide frontière distinguant l'art et l'artisanat constituent, entre autres, autant de principes caractéristiques de l'enseignement du Bauhaus qui nous servirons de balises sur les sentiers de cette flânerie slalomant entre formes et idées, choses et matières, utopies et réalités.

CONFÉRENCE /


"MATIÈRES À PENSER"

par Romain Arazm (critique, historien de l'art)

Conférence organisée dans le cadre de l'exposition "Matières à penser" au centre tignous d'Art contemporain de Montreuil en 2019.


De la légèreté diaphane des silhouettes en papier d’An’do Tisser, de
l’élégant agrégat d’argile des modelages de Monica Mariniello, des
formes voluptueuses des sculptures de Martine Salavize en passant par la rudesse de celles arrachées à la pierre par Paula Gellis et jusqu’à la gracieuse gestuelle d’un danseur capturée par l’objectif de Fernanda Tafner, le corps est le coeur des oeuvres présentées dans l'exposition
Matières à penser.

À peine suggérées ou parfaitement identifiables, les formes happent
l’esprit du visiteur, conversent avec son âme, naviguent de la matière à la pensée, de la pensée à la matière.

CONFÉRENCE / 

LES ARBRES DANS L'OEUVRE DE HERMANN HESSE 

Avec Romain Arazm (auteur d'A l'ombre des arbres de Montagnola)

Conférence organisée dans le cadre de la sortie en libraEntre un enracinement dans une topographie réelle ou fantasmée et une élévation d'essence divine, l'arbre apparaît comme le symbole par excellence de la trajectoire éthique, esthétique et spirituelle de l'écrivain allemand Hermann Hesse (1877-1962), prix Nobel de littérature en 1946. Autoportrait métaphorique de la réconciliation des contraires, l'arbre, marqueur de l'écoulement inexorable du temps, doté d'une conscience, d'une histoire et d'une sensibilité, peut aisément être hissé au rang de personnage à part entière de ses romans. Si la forêt est une étape fondamentale du parcours initiatique de ses héros (Siddhartha, Goldmund, Klein, Knulp...), le jardin, lui, est le lieu de la méditation, propice à l'inspiration créatrice de l'auteur. A la croisée des chemins, entre littérature, philosophie, théologie et histoire de l'art, A l'ombre des arbres de Montagnola propose une exploration originale du règne végétal qui peuple des textes incontournables de la littérature germanique.

CONFÉRENCE / 

LES NUAGES DANS LA PEINTURE

par Romain Arazm (historien de l'art et critique)

Conférence donnée dans le cadre de l'exposition " Ceci n'est pas un nuage ! Climat, la nouvelle Apocalypse ?" de Maud Louvrier-Clerc au Domaine national du Château d'Angers.


Ephémères par essence, les nuages sont éternels. Ils rythment l’espace, animent le ciel, aspirent l’œil du peintre et inspirent l’esprit du poète. Comme poussé par Zéphire, le temps glisse sur leurs peaux vaporeuses. A travers la béance d’une grotte sombre, il y a près de mille siècles, ou par la réflexion des immenses parois en verre des gratte-ciels de nos villes, les nuages sont les mêmes. Immuable retour au même, immanquable retour du même. Mais si leurs formes n’ont pas changé, nos regards les métamorphosent continuellement. La dualité de leurs fonctions symboliques, la fluctuation de leurs états et l’ambiguïté de leur localisation ont permis à l’homme d’y injecter ses croyances, d’y projeter ses peurs, d’y voir ses fantasmes tout en y investissant du sens. A partir de sa plurivocité étymologique, issu du nubes latin, on trouve déjà en germe la multitude des rôles que le nuage a joué – universellement - dans notre imaginaire principalement par le biais du texte et de l’image. Mais aujourd’hui, du cloud, ultime vecteur de la dématérialisation technologique jusqu’au « nuage de Tchernobyl » 1 , la sémantique contemporaine a proposé de nouvelles occurrences, entrainant des propositions artistiques renouvelées, ce dont témoignent les séries de sérigraphies de Maud LC présentées dans l’exposition.

CYCLE DE CONFÉRENCES / 


PROMENADE PHILOSOPHIQUE AU MUSÉE

par Romain Arazm (historien de l'art et critique)

Les « Promenades philosophiques au Musée » constituent une déambulation mentale autour d’œuvres emblématiques.


Prenant ainsi appui sur l’Histoire de l’art, ce cycle de conférences aborde les grandes figures et les courants les plus importants de la Philosophie, de Socrate à nos jours. Très proche des œuvres elles-mêmes et de leurs détails - chers à l’Historien de l’art Daniel Arasse (1944-2003) - nous pourrons également nous en éloigner pour reconstituer un paysage stylistique, un horizon culturel, une atmosphère intellectuelle et philosophique. Pour ce faire, nous ne nous priverons pas d’inclure des références historiques, littéraires voir scientifiques.

CONFÉRENCE / 

MONDRIAN FIGURATIF 

par Romain Arazm (critique et Historien de l'art)

Membre du groupe De Stijl, Piet Mondrian est principalement connu pour ses peintures abstraites aux lignes épurées et ses carrés rouge, jaune et bleu.

Le musée Marmottan Monet lui consacre une exposition événement en septembre 2019 et met l’accent sur son œuvre figurative majeure. Une soixantaine de peintures de premier ordre, sélectionnées par Mondrian lui-même vers 1920 pour son plus grand collectionneur Salomon B. Slijper, sont présentées en exclusivité à Paris et révèlent cette face méconnue de l’artiste. Paysages, portraits, peintures de fleurs marquées par l’impressionnisme, le luminisme, les fauves et le symbolisme font face à de rares compositions cubistes et néo-plasticistes et placent l’artiste au rang des premiers coloristes de son temps et des grands maitres de la peinture figurative du XXe siècle. Une invitation à découvrir un autre Mondrian...

 
 

CONTACT

41 avenue Paul Doumer, Paris, France

 
Rechercher
  • mazartproduction

Irremplaçabilité par An'do Tissier

Contournant l’architecture cotonneuse des nuages, un soleil timide éclabousse la campagne berrichonne et s’invite à travers les fenêtres de l’atelier d’An’Do Tissier. Sa lumière ricoche sur la surface diaphane de ses silhouettes. Leur peau en papier devient un albâtre aux miroitements éclatants. 



Initialement apposée sur une terre modelé, cette enveloppe est constituée par le papier dont les restaurateurs se servent pour soigner les manuscrits abîmés par l’action parfois prédatrice du temps et des vicissitudes qu’il lui arrive de charrier. Le matériau devient le symbole de la fonction que la plasticienne assigne à l’art. Suivant la phrase de Francis Ponge qu’An’Do Tisser élève depuis des années en véritable credo, « l’artiste doit prendre en réparation le monde, par fragments, comme il lui vient ». 


Prendre en réparation un monde, celui des hommes, qui, bien des fois, dysfonctionne. Car les Irremplaçables ne se contentent d’être beaux. Ils rendent visibles ceux que l’indifférence condamne au silence : les réfugiés et à travers eux tous ceux que le Centre repousse à la marge. 


Inspirés par les portraits illustrant les campagnes d’Amnesty International, les visages de ses sculptures aériennes agissent comme autant de révélations imprimant dans le cœur du spectateur une trace indélébile. Pour l’artiste, chaque visage est une source d’émotion que son talent parvient à transformer en œuvre d’art. 


La série des Irremplaçables, dont le titre sonne comme un écho de celui de l’ouvrage de la psychanalyste Cynthia Fleury, est une métaphore visuelle du concept de vulnérabilité que le philosophe Emmanuel Levinas définissait justement comme « le fait pour l’être de se vider de son être ».  Elle exprime avec la puissance de la douceur l’irréductibilité de celui qu’on appelle l’Autre. Chacun des faces à faces est le théâtre de la rencontre véritable avec celui que l’antique thaumaturge nommait le prochain et que d’obscurs contemporains se plairaient à renvoyer dans les lointains.  




Transporté quelque part à mi-chemin entre la tranquillité de belles formes qui semblent flotter dans l’espace et l’intranquillité du message dont elles sont porteuses, le spectateur ne ressort pas indemne de cette expérience, l’artiste non plus d’ailleurs. 

Cette série, existentielle au sens le plus propre du terme, ne pose pas la question de la responsabilité, dans ce monde et pour ce monde, mais nous pousse à se la poser comme le fît en son temps Dostoïevski écrivant dans Les Frères Karamazov que « chacun de nous est coupable devant tous pour tous et pour tout, et moi plus que les autres ». 


Intégralité du texte est à retrouver sur le site : Pointcontemporain.com

0 vue

41 avenue Paul Doumer, Paris, France

©2019 par Mazart production.